Israël demande à ses visiteurs d’ouvrir leur e-mail pour des vérifications


Des agents du Shin Bet demandent à voir les mails d’une activiste pro-palestinienne suspectée de liens avec des organisations terroristes

Quand Sandra Tarami est arrivée à l’aéroport international de Ben Gourion, celle-ci s’est vue soumise à une demande inhabituelle : un agent du Shin Bet lui a mis un écran d’ordinateur sous le nez connecté à gmail et lui a demandé de se connecter. L’agent suspectant Sandra Tamari d’être une activiste pro-palestinienne a voulu inspecté son compte email pour trouver des preuves. L’américaine de 42 ans d’origine palestinienne ayant refusé elle a été simplement expulsée du pays.

Le cas de Sandra Tamari n’est pas unique. A l’heure d’une guerre cybernétique, selon des touristes, le pays a commencé a demandé à ses visiteurs suspects d’ouvrir leur e-mail personnel pour des inspections. La pratique vise à démasquer les visiteurs qui ont un passé de militantisme pro-palestinien, ce qui a débouché dans un présent proche à l’expulsion d’au moins trois citoyennes américaines. On se sait pas à quel point la pratique est répandue.

Fouilles draconiennes

Interrogée à ce sujet l’agence du Shin Bet a confirmée les dires de Sandra Tamari tout en spécifiant avoir agi selon la procédure légale. Israël a un long passé de profilage ethnique un mal pour un bien au vue de l’expérience accumulée en matière de terrorisme. Les procédures en matière de sécurité apparaissent de plus en plus draconienne. De récentes fouilles de journalistes venus participer à des événements officiels ont été suffisament dissuasives pour créer des mini-scandales accusant le gouvernement de musuler toute voix discordante.

Diana Butto un ancien juriste de l’autorité palestinienne et un camarade à l’Harvad Kennedy School of gouvernment explique que la mesure de fouille des emails personnels autrefois exceptionnelles est devenue une pratique courante cette année. Diana Butto explique que les agents du Shin Bet veulent voir les itinéraires, les articles publiés ou les commentaires sur Facebook. « Le problème est que vous ne pouvez pas dire que vous êtes venue la Judée Samarie sans tomber dans une sorte de piège. ou vous mentez et vous risquez alors d’être pris en-train de mentir ou vous dites la vérité et vous risquez de ne pas être admis d’y rentrer ».

Sandra Tamari qui est de Saint-Louis dit être arrivée en israéle 21 mai pour participer à une conférence oeucuménique. Elle se décrit elle-même comme une activiste Quaker et reconnait avoir pris part à des campagnes de boycott et désinvestissement d’Israël. Etant donné son passé d’activiste elle s’attendait à des tracas mais ne pensait pas devoir ouvrir sa boîte e-mail. Elle raconte que les agents du Shin Bet on découvert son adresse email en fouillant dans ses affaires. « Quand ils m’ont demandé de me connecter et que j’ai refusé un agent m’a dit, puisque c’est comme ça, vous cachez quelque chose, vous devez être un terroriste» Placée en cellule de rétention elle a été expulsée vers les Etats-Unis le jour d’après. « L’idée que quelqu’un comme moi un Quaker ayant de la famille aux Etats-Unis faisant partie d’une délégations de pacifistes puisse se voir refuser l’entrée ne m’a jamais traversé l’esprit ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :