Elie Ittah

Publicités

L’affaire Mohamed Merah révélateur d’un destin bien sombre pour la France


L’affaire Mohamed Merah, l’auteur du meurtre de quatre juifs à l’école Ozar Hatorah de Toulouse le 19 mars démontre qu’il n’y a pas d’avenir pour les juifs en France et au-delà que ce pays est voué à de sombres destins. Qu’un homme de 23 ans d’origine algérienne puisse importer le jihad au sein même de l’hexagone en tuant des juifs au motif que «ses frères de gaza sont massacrés» prouve à quel point l’Islam radical constitue depuis de nombreuses années une nouvelle internationale qui doit être combattue et annihilée. Malheureusement la lecture portée à cette affaire tragique par les politiques et les médias français parle d’elle-même. La victoire contre l’Islamisme ne viendra pas d’un occident où le libéralisme politique a triomphé et où la liberté d’expression, même dans les cas où elle est mortifère, est vouée aux gémonies.

Preuve en est Mohamed Merah qui s’est sans doute en partie radicalisé en prison a pu tranquillement rentré des camps d’entrainement d’Al-Qaïda afghans et pakistanais en prétextant des motifs touristiques. Et alors que ce franco-algérien figurait sur les listes noires des personnes interdites d’entrée aux Etats-Unis, il a pu préparer ses attentats sans être inquiété qui plus est, avec un frère impliqué dans une filière d’acheminement de djihadistes en Irak.

Pourquoi ? Tout simplement parce que la France préfère continuer à faire l’autruche et a peur de la réaction de ses 6 à 8 millions de musulmans. Les faits parlent d’eux même. En 2005 c’est à une véritable intifada qu’on a assisté dans les banlieues ceinturant Paris. Et les classes favorisées préfèrent baisser la tête plutôt que de voir l’intifada déferler dans leur quartier. Pourquoi ? Parce que les médias depuis de trop nombreuses années présentent le conflit israélo-palestinien comme la principal source de destabilisation ou plutôt l’obstacle à des relations apaisées entre le monde chrétien et le monde musulman. Quand on connaît un tant soit peu les idées véhiculées par l’Islam cela fait sourire. Le résultat : un conflit importé sur le territoire et un amalgame fait entre juifs et israéliens. Et quand il a fallu ouvrir l’enquête, une piste a tout de suite été privilégiée, celle d’un néo-nazi ou d’un sympathisant d’extrême-droite sur le type de la fusillade d’Oslo perpétrée par Anders Behring Breivik. Sur l’origine des soldats assassinés on a insisté pour dire qu’ils étaient musulmans et passé outre la victime d’origine antillaise… Il faut dire que l’on voulait à tout prix mettre mettre de côté la piste islamiste.

Quelques heures après la revendication du massacre d’Ozar Hatorah et des trois militaires de Montauban, des journalistes français s’étonnaient qu’un «enfant de la République» ait pu commettre un tel acte. «Un enfant de la République» quelle naïveté pour des individus qui crachent sur la France à longueur de journée…

Alors que la campagne présidentielle reprend ses droits, on peut se demander si des leçons seront tirées. Vu les réactions des politiques on a de quoi être perplexe. Voici ce que déclare Emmanuel Valls porte-parole de François Hollande probable vainqueur des élections  : «cela révèle une faille dans notre système républicain. Le mélange de déclassement social et de crise identitaire provoque cette dérive qui aboutit à la terreur».

Pourtant comme toujours, des musulmans qui connaissent le mieux le problème s’expriment mais ne semblent guère être entendus. «Pourquoi ce gamin, qui était français et non pas parachuté par une force obscure depuis l’étranger, s’est identifié à des combats qui n’ont rien à voir avec les nôtres et est devenu un tueur ? Cela mérite qu’on s’interroge», estime Razzy Hammadi, ancien président du MJS. Pour ce candidat aux législatives à Montreuil (Seine-Saint-Denis),«nous avons un problème de sensibilité sur ces questions. Nos dirigeants qui ne vivent pas dans les territoires ou les milieux qui peuvent produire ce genre de profil. Ca crée un angle mort.»

Une fois de plus la pauvreté serait l’explication. Il ne faudrait surtout pas amalgamer les musulmans. Qu’ils ne fassent pas le ménage dans leurs propres rangs ne gène personne. Quand on trouve des explications à l’inexplicable, on a de quoi se demander si la France et au-delà l’Europe ne sont pas déjà morts.